« A vous de juger - Bayrou, Le Pen, ... et le public | Accueil | Comment Nicolas Sarkozy verrouille toute communication le concernant »

21 novembre 2006

Commentaires

Vers un web 3D
Le web 2.0 et le web 3.0 ou 3D (pour reprendre l’expression de Michel Leblanc : la 3D est le futur du web ) qui lui fera suite ne sont que les préludes de changements sociaux plus profonds (Voir par exemple dans la même logique, le rapport Lévy-Jouyet remis à Thierry Breton sur l’économie de l’immatériel).

Nous sommes sans doute à l’aube de profondes mutations de l’économie et du capitalisme avec des conséquences profondes au niveau de l’organisation du travail (travail collaboratif), du social (réseaux sociaux) et du politique (démocratie participative) qui devraient au final donner une plus grande liberté de choix à l’individu (fin de la société de consommation et de la société de masse, passage à la société de la connaissance et de l’intelligence collective).

Mais les changements de paradigmes socio-économiques se font aussi souvent dans la douleur car la résistance au changement est bien là.

C’est dans cette logique d’innovation sociale qu’on peut mettre en place des outils collaboratifs qui ont un potentiel de changement des pratiques. La tâche est ardue, les résistances sont nombreuses, mais au final le projet est vraiment porteur :

- E-learning d’abord pour changer les apprentissages en replaçant l’individu au cœur du savoir et en lui donnant la maîtrise de ce savoir,

- Travail collaboratif et réseaux sociaux ensuite pour replacer l’individu au cœur des pratiques sociales (travail, loisir, consommation).

Sans oublier bien sûr la dimension politique (encore à i-maginer) qui reste le sens de l’humain (car que faire de cette plus grande liberté de choix qu’apporte la technologie ?). C’est là qu’on peut rejoindre aussi le concept d’éco-innovation, de l’innovation orientée développement durable.

Ces outils sont web et 3D. Pourquoi ?

Plutôt que de parler de web3D, le concept que je souhaite mettre en avant est celui d’environnement virtuel collaboratif ou de manière plus simple, d’ »image habitable » :

« Habiter une image, c'est comme habiter une maison : on y entre, on y reçoit, on y partage, on y travaille, on s'y repose, on la construit, on l'emménage, on l'agrandit, on la range, on la dérange. La seule différence, c'est que l'image qu'on habite n'a pas de matérialité, ou plutôt sa matérialité est changeante : tel mur n'est pas constitué de ciment, mais se trouve être une parcelle de surface magnétique quelque part sur un disque dur, mais aussi quelques transistors d'un ordinateur, mais aussi quelques états électriques d'un câble coaxial, et pour finir quelques électrons dans le tube cathodique de votre moniteur. Réel ou virtuel, là n'est plus la question, car tout ce que vous faites dans cette image, c'est-à-dire tout ce que vous communiquez dans cette image est bien réel : ce que vous faites aux autres, ce que vous dites aux autres est aussi réel que si vous utilisiez un support matériel. On parle souvent de "l'âme d'une maison", en évoquant en fait les traces que les habitants et les visiteurs y laissent. Il en est de même pour l'image qu'on habite : elle est marquée par la vie qui s'y organise. ».

On l’aura compris, ces environnements web 3D sont donc de vrais lieux de vie, multiutilisateurs, des environnements riches, conviviaux, multimédia et qui donnent véritablement sens à l’idée de convergence (voix, données, images). La 3D n’étant qu’une fonction parmi d’autres (car l’environnement 3D est le contexte naturel des échanges et des rencontres) telles que des fonctions réseau, audio, vidéo, web, sql…nécessaires à la mise en place de solutions collaboratives en ligne.

Ce sont des environnements UGC (User Generated Content), à charge pour leurs occupants de les personnaliser et d’i-maginer les modes de vies et d’interactions qu’ils pourront avoir en leur sein.

Des environnements qui font appel à de nouveaux « architectes du virtuel », des architectes soucieux d’écologie et de développement durable, des architectes soucieux d’esthétique mais aussi de sécurité informatique et du respect de la vie privée. Des architectes dont les compétences sont tant la maitrise des réseaux, de la sécurité, des bases de données et de la programmation que celle de la conception et du développement 3D, de l’animation d’avatars, du design 3D et du sens de l’esthétique.

Il faut aussi créer un véritable éco-système autour de ces environnements : implication de la communauté des développeurs et des infographistes 3D pour designer et meubler ces mondes 3D, des sponsors et publicitaires pour financer les environnements grands publics ouverts, de partenaires pour commercialiser les environnements privatifs.

Les environnements virtuels collaboratifs ne remplaceront jamais les environnements réels et leurs modes d’interaction spécifiques mais ils permettront surement de s’en rapprocher et d’offrir ainsi une meilleure qualité de vie, une plus grande facilité de communication, d’interaction et de collaboration entre personnes distantes, plus de souplesse et d’autonomie au travail, des possibilités nouvelles d’apprendre de développer et de partager ses connaissances.

La société de la connaissance et de l’intelligence collective qui est notre futur à tous et que la commission européenne a fixé comme objectif pour 2010, repose sur ces technologies collaboratives et temps réel et sur les architectes du virtuel qui bâtiront de tels environnements collaboratifs.

Philippe PERES

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Appels

Mes prises de parole

Ads

Ma Photo

Bannières

Kimind Consulting

Articles Fondateurs

  • Enterprise 2.0
    "Enterprise 2.0: The Dawn of Emergent Collaboration", Andrew McAfee (article payant). Lire aussi (free) "The Trends Underlying Enterprise 2.0"
  • The Long Tail (en français)
    L'article de Wired (traduit ici en français) où Chris Andersson a définit pour la première fois le concept de long tail ("longue traîne") qui a fait, entre autres, le succès astronomique de Google.
  • Web 2.0
    "What Is Web 2.0 - Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software", Tim O'Reilly

Affaire Mayetic

Bruno - billets

Livres

Internet Services

  • Pandora
    "Chaîne de radio" en ligne thématique et personnalisable
  • NetVibes
    Votre page d'accueil internet personnalisée. Ca me rappelle le bon vieux temps des débuts de Mediapps ;-)
  • Netcipia
    Un espace de travail et d'échange participatif, gratuit aussi bien pour un usage public que privé
  • Google Reader
    Le meilleur lecteur de flux RSS du moment. Dommage qu'il ne gère pas les flux privés.

Windows Software

  • Exalead one:desktop
    Moteur de recherche de vos fichiers et messages locaux. Meilleur que Google... et français en plus (pour une fois)
  • Mind Manager
    Pour aider à organiser sa réflexion grâce au concept éprouvé des mind maps
  • SpamSentinel
    Le meilleur anti-spam pour serveurs Domino et clients Notes. Il nous a sauvé la vie ;-)

Windows Mobile Software

  • Journal Pro
    pour tout noter au quotidien sur votre pocketpc. Version PC disponible également pour synchonisation.
  • Pylon Anywhere
    Un blackberry-like à mettre sur vos serveurs de messagerie
  • Spb Diary
    Pour gérer très efficacement son calendrier et ses tâches dans la page "aujourd'hui" du pocketpc
  • Sunnysoft Backup Manager
    Excellent outil de backup de votre pocket pc sur carte mémoire. Meilleur que Spb Backup qui souffre encore de quelques lacunes.
  • VITO AudioNotes
    Enfin un véritable enregistreur audio pour PocketPC, digne de ce nom, et qui ne stoppe pas l'enregistrement au moindre événement survenant sur le mobile...